Ressources

 

Je vous livre ci-dessous mes trucs et astuces pour réaliser facilement (*) des pions pour Cry Havoc si comme moi vous n'avez pas de talent de dessinateur. J'ai surnommé ma méthode "Playmobil" car elle permet de varier les poses et armements pour créer "rapidement" plusieurs personnages à partir de la même illustration.
(*) : Notez toutefois que facilement n'est pas synonyme de rapidement !
 

Le matériel pour dessiner

J'utilise un matériel très simple qu'on trouve dans toute bonne papeterie, voire en supermarché.

> Des feuilles de papier à dessin. J'utilise des blocs A4 de papier Canson blanc. Choisissez un grammage assez fort (au moins 120 gr)pour éviter qu'il ne se froisse avec des coups de gomme énergiques, mais la texture du papier ne doit pas être granuleuse.
> Du papier calque : C'est ma potion magique !
> Une règle : de préférence transparente.
> Un crayon HB pour le tracé, une gomme, un taille-crayon.
Note: Le matériel pour surligner sera détaillé plus loin.

Choisir son sujet

C'est une étape cruciale. Après avoir choisi votre thème, essayez de trouver une illustration (dessin, photo, etc.) représentant votre personnage. Les fascicules Osprey viennent immédiatement à l'esprit, mais il y a également d'excellentes sources dans les albums historiques illustrés pour enfants ou plus simplement en tapant quelques mots clé dans Google (de préférence en anglais pour avoir plus de choix) et dans la section Image. Et avec la technique que je vais vous présenter ci-dessous, il n'est même plus besoin d'imprimer le dessin !

> Les meilleures illustrations pour une bonne reproduction font entre 10 et 15 cm de haut. Les dessins sont préférables aux photos car plus facile à reproduire. Et paradoxalement les dessins au trait en N&B sont plus facile à reproduire que les illustrations en couleur.

> Souvenez-vous que votre personnage devra au final être au centre d'un petit pion d'1,8 cm de côté. Une superbe illustration d'un cavalier vu de côté n'est donc pas la plus indiquée. Préférez des cavaliers vus de face ou de dos (ou avec un léger angle) et dans lequel les éléments distinctifs (bouclier, arme, casque) ressortent bien. Les personnages sveltes ne rendront pas bien non plus une fois à l'échelle, donc préférez des personnages rondouillets "à la Angus Mc Bride", voire vu avec une légère plongée qui les tasse. Gary Chalk l'avait bien compris quand il avait réalisé les premières planches de pions Cry Havoc. Peter Dennis pour Siège était lui resté plus conventionnel et le résultat est moins probant, même venant de Peter !

> Trucs : La difficulté du dessin est d'obtenir une pose dynamique et des proportions correctes. L'habillage est lui par contre assez facile avec une bonne documentation. N'hésitez donc pas à convertir un aztèque en garde varangien si vous en avez envie avec la méthode ci-dessous. A la longue, je me suis rendu compte que les meilleurs sources sont des personnages de l'Antiquité, ou en tout cas le plus dévêtu possible, car il est facile après de les rhabiller.

Dessiner le personnage





> Une fois votre illustration choisie, il suffit de poser une feuille de calque sur celle-ci et de passer les traits principaux au crayon HB. 
 
> Si votre illustration est numérique, je vous propose de procéder comme suit :
- Ce lanceur de javelot égyptien est superbe et remplit tous les critères de choix : pose (très) dynamique, personnage dévêtu, ce qui facilite l'habillage ultérieur, sujet occupant un carré imaginaire et qui remplira bien l'espace sur le pion (Photo 1).
- Je l'affiche à l'écran sous Photoshop et règle le zoom pour qu'il fasse environ 15 cm de hauteur.
- Je colle directement une feuille de papier calque sur l'écran de mon ordinateur avec du scotch amovible (Photo 2). N'ayez pas peur pour votre écran, c'est absolument sans danger car vous n'avez pas besoin d'appuyer fort.
- Je décalque les éléments-clé : tête, buste, bras et jambe. Je ne reproduis pas la coiffe ou le pagne, puisque non utilisés sur le personnage final (Photo 3). Ne tenez pas compte du bouclier et de la tête qui sont des éléments qui ont été ajouté ultérieurement sur le calque.
 
> Truc : Il peut être intéressant de décalquer séparément les armes, voire les bras du personnage, ce qui permettra, sous Photoshop, de varier les poses (le bras d'un chevalier peut être dressé pour manier une hâche ou une épée, ou  à l'horizontal pour tenir une lance) et les motifs (le bouclier pourra être décoré de plusieurs blasons) sans avoir besoin de redessiner le chevalier.

> L'astuce consiste donc à retourner le calque et à faire imprimer le trait au crayon en passant son ongle sur le tracé (Photo 4) !

> En retirant le calque, vous obtenez une image, estompée certes, mais réaliste de votre personnage.

> Truc : Tenez bien le calque et assurez-vous que la feuille de papier est sur un bon support légèrement mou (le bloc de papier Canson fera l'affaire).

> Truc : Votre calque pourra resservir au moins 4 fois sans que la qualité de la reproduction ne souffre trop.

  > Vous pouvez à ce moment laisser libre cours à votre créativité en habillant le personnage pour obtenir un lanceur de javelot gallois comme ci-contre.

> C'est également le moment de créer  des variantes de têtes en décalquant plusieurs fois la tête pour avoir une base, puis en redessinant suivant votre goût.

> Truc : Dessinez un bras avec un bandage blanc que vous substituerez au bras "en bonne santé" pour le personnage blessé.

> Truc : Dessinez toutes les armes séparément. Vous aurez ainsi une armurerie dans laquelle vous pourrez puiser à volonté lorsque vous créérez de nouveaux personnages. N'oubliez pas de créer un pion Flèche ou Carreau d'arbalète que vous ficherez dans le bouclier pour représenter le pion blessé ou mort.

Surligner les traits

> C'est la phase qui va mettre en valeur votre travail manuel ! Vous aurez besoin de 2 ou 3 types de crayon feutre à pointe fine ou ultra fine :

> 1 traceur à pigment le plus fin possible. La plupart des traits seront surlignés avec un feutre de taille 0,1. Pour des détails très petits comme les yeux ou la cotte de mailles, utilisez un feutre de taille  0,05 qui correspond à des traits de 0,20 mm d'épaisseur.

> Truc : Par contre, ne perdez pas votre temps à dessiner des détails trop fins qui ne se verront de toute façon pas sur le pion final (1,8 cm de haut je rappelle !).

> Truc : Résistez à la tentation de commencer par surligner les plus belles parties de votre pion : faites-vous la main d'abord sur des parties moins "signifiantes" pour être en pleine forme quand vous travaillerez sur les parties qui vont capter l'attention première des joueurs.

> Truc : Ne sous-estimez pas l'importance des détails. Ce sont eux qui font la différence entre un bon pion et un excellent pion. Quelques exemples :
- les traits striés pour représenter les cottes de maille,
- les détails des boucliers ou fanions,

Scanner et retoucher sous Photoshop

> Scannez la planche dessinée et importez là dans votre logiciel graphique préféré.

> Truc : De par la méthode de décalque utilisée, vos personnages sont à l'envers. Donc n'oubliez pas de faire une rotation à 180° à votre personnage pour éviter qu'il ne porte son bouclier de la main droite, ce qui faisait mauvais genre au Moyen-Age !

> Commencez par ausculter tous les détails de votre personnage avec un bon zoom et traquez tous les défauts pour les retoucher. Faites particulièrement attention aux erreurs classiques :
- Traits au crayon encore visibles,
- Traits qui dépassent ou qui ne vont pas assez loin.
et bien d'autres encore. Vous devez vérifier chaque élément, mais je vous conseille de travailler par thème pour ne pas avoir à changer d'outil de retouche trop souvent. Ce travail peut être très long, mais il est indispensable !

Coloriser les personnages

> Il va vous falloir créer un calque par couleur, ce qui permettra ultérieurement de varier les couleurs quand vous réaliserez des variantes du même personnage. Dans l'exemple ci-joint, il y a 8 couleurs différentes (tunique, manteau, fer, col de la tunique, chair, lèvres, gorge  et cheveux). Un autre calque est utilisé pour marquer les ombres. L'ombre portée au sol est un autre calque. Le bouclier et le javelot sont importés d'autres fichiers et font l'objet de calques séparés.

> Truc : Hormi le calque avec le tracé de l'illustration et ceux d'accessoires importés d'autres fichiers, choisissez le mode Multiplier pour tous les calques de couleurs.

> Truc : Pour l'ombre, utilisez un gris 60% et réglez l'opacité à 50% afin que les couleurs se voient au travers. Utilisez un pinceau avec contours flous de 20 points de diamètre.

> Truc : Marquez les zones surexposées (l'inverse de l'ombre donc) sur chaque calque de couleur avec une gomme à contours flous de 20 points de diamètre et avec une opacité de 20%.

> Truc : Ne colorisez pas les accessoires (armes, bouclier, etc.) directement dans le fichier du personnage. Créez les plutôt dans un fichier séparé, puis importez-les. Il sera plus facile comme celà de varier les couleurs ou motifs d'un bouclier pour l'utiliser avec de multiples personnages.

> Truc : Evitez les couleurs blanc, noir et gris pour vos personnages de base, car vous ne pourrez pas faire de variations ultérieurement. Par exemple, créez toujours vos chevaux de couleur bai, et jouez par la suite sur le contraste pour obtenir des robes noires, blanches ou grises.

Préparer les personnage finaux

> Pour obtenir d'autres personnages, changez les couleurs des vêtements, de la robe et de la selle des chevaux, changez la tête et les armes. Pour créer les 4 lanceurs de javelot gallois ci-contre, j'ai utilisé 2 têtes et 2 boucliers différents, et ai joué sur la présence ou non d'un manteau.

> Une fois sauvegardé, abimez le bouclier et l'arme, plantez quelques flêches, déchirer les vêtements, faites jaillir le sang et modifiez tête et bras pour obtenir le personnage blessé.

Et voilà, c'est (presque) fini : Il vous faut maintenant trouver des illustrations de personnages assommés et morts pour terminer un fantassin, et des illustrations de cheval sans cavalier et mort pour les cavaliers...

Au total, comptez entre 4 à 5 heures de travail par personnage et par pose (sachant que les pions blessés sont faits beaucoup plus rapidement). Disons donc 12 à 15 heures pour un fantassin et le double pour un cavalier. Celà peut paraitre très long, surtout quand on peut générer un pion en 10 minutes en scannant et nettoyant une illustration existante, mais vous n'aurez pas toutes les poses et toutes vos retouches se verront comme le nez au milieu de la figure car il n'y avait qu'un Angus McBride et vous n'avez pas (tout comme moi) son talent !

Préparer la planche de pions

> Une fois vos personnages prêts dans les différentes poses, il ne vous reste plus qu'à les installer sur le gabarit joint (format A5), ajouter noms et valeurs de déplacement et de combat. Voilà une belle planche de pions qui est prête à partir à l'impression.

> Vous aurez besoin de 2 types de sorties pour le fichier :
- un GIF à 72 DPI pour Vassal,
- un TIFF en 300 DPI pour de l'impression.

Et voilà, c'est fini ! Ce n'est pas très difficile puisque j'y arrive, mais c'est très long. La qualité et la satisfaction du travail bien fait sont à ce prix.